critères pour obtenir un crédit immobilier

Que faire pour obtenir un crédit immobilier ?

Bien que les banques continuent à pratiquer des taux de crédit immobilier extrêmement bas, elles vont se montrer plus exigeantes avec leurs potentiels clients. Ainsi, il sera plus difficile d’accéder au prêt logement pour cette nouvelle année 2020. Explications.

La remontée des taux de prêt immobilier

Les taux ont sensiblement augmenté entre 2019 et 2020. En effet, si le taux moyen hors assurance pour un prêt de 20 ans (la durée de crédit la plus courante) était de 1,15 % en octobre 2019, il est désormais de 1,4 %. Mais il reste tout de même possible d’obtenir des taux plus bas que la moyenne. Cependant, les décotes exceptionnelles de l’année dernière ont également connu une petite augmentation : 0,85 % contre 0,55 % en 2019 pour un prêt de 20 ans.

Voici un tableau qui illustre les taux pratiqués selon les durées de crédit souscrit :

Taux hors assurance10 ans15 ans20 ans 25 ans30 ans
Taux minimum0,55 %0,75 %0,85 %1,05 %1,25 %
Taux moyen0,85 %1,15 %1,40 %1,60 %1,80 %
Taux maximum2,17 %2,40 %2,70 %2,25 %2,50 %

Les meilleurs crédits immobiliers pour les meilleurs profils d’emprunteur

Les banques n’accordent les taux les plus compétitifs qu’aux acheteurs qui réunissent les critères d’éligibilité :

  • jeune âge
  • revenus stables
  • emploi fixe et durable/évolutif
  • taux d’endettement inférieur à 33 %
  • bonne gestion financière
  • dossier de crédit irréprochable (pas de fichage, ni de découvert bancaire ni d’impayés)

Ainsi, un emprunteur qui souhaite bénéficier des conditions de souscription de prêt les plus avantageuses devra par exemple gagner 150.000 euros par an et fournir un apport personnel équivalent à 20 % du prix du bien à acheter. A savoir que les banques profitent de ces contrats de crédit immobilier pour vendre d’autres produits à leurs clients : assurances, ouverture de compte, etc. De ce fait, elles ont tout intérêt à conquérir les personnes qui ont les salaires ou les gains d’argent les plus élevés. Et les primo-accédants qui ont de faibles revenus et peu d’apport personnel ont de moindres chances de faire un crédit, encore moins d’obtenir les taux les plus bas. C’est notamment le cas des jeunes acheteurs qui viennent d’intégrer le monde professionnel et qui n’ont pas encore eu le temps d’économiser suffisamment pour se constituer un apport.

Des conditions de souscription de crédit immobilier plus rigoureuses

Pour 2020, les organismes de crédit seront moins souples quant à l’octroi de financement aux acquéreurs immobiliers.

Limite du taux d’effort

Actuellement, les banques n’accordent plus de prêt à des emprunteurs dont le taux d’endettement dépasse les 33 %. C’est-à-dire à ceux dont le paiement des mensualités de crédit engloutit plus de 33 % de leurs revenus. Une mesure prise pour corriger les bavures de 2019 car l’année dernière, 26 % des crédits immobilier ont été accordés à des emprunteurs dont le taux d’endettement était supérieur à ce plafond de 33 %.

Limite des durées de crédit

Les crédits pour 25 ans tendent à diminuer. La durée de souscription de prêt immobilier passe ainsi de 232 mois à 227 mois à partir de 2020.

La hausse des apports personnels

Il est maintenant très difficile de recevoir un prêt à 110 %. Les prêteurs exigent à présent un apport d’environ 20 %.

Plus de concession sur l’assurance et les frais annexes

Les banques refusent systématiquement la délégation d’assurance et imposent à leur client leur contrat groupe, bien que celui-ci soit plus coûteux ! En outre, les emprunteurs ont plus de mal à bénéficier de rabais sur les frais de dossiers qui peuvent représenter jusqu’à 1 % du capital emprunté.